Autopsies | Cinésthésies

Cinéma | Autopsies

Le Jour où la Terre prit feu (Val Guest, 1961)

“ Réalisateur des deux premiers volets cinéma de la saga Quatermass, Val Guest clôt son approche de la science fiction avec son œuvre la plus ambitieuse et captivante ”

Publié par Marc Fairbrother le 25 février 2015

Mots-clefs: , , , , ,

Dix ans pile après ce fameux jour où elle s’arrêta, la Terre finit donc par prendre feu ! La faute aux superpuissances mondiales qui, dans leur irresponsable course à l’armement, n’auront rien trouvé de plus ingénieux que de faire sauter au même instant les deux plus dévastatrices charges explosives jamais …

Les Mains d’Orlac (Karl Freund, 1935)

“ Réponse aux monster movies de la Universal, Les Mains d'Orlac est une œuvre bâtarde et unique qui conjugue l'hystérie du cinéma d'exploitation à une poésie expressionniste et désespérée ”

Publié par Marc Fairbrother le 15 février 2015

Mots-clefs: , , , , ,

Les Mains d’Orlac est sans doute l’un des films d’horreur les plus rocambolesques et hybrides qu’ait produit Hollywood au cours des années 1930. Pour une période qui voyait converger certains des plus talentueux cinéastes mondiaux vers la côte ouest américaine pour accoucher, entre autres merveilles, du premier âge d’or du …

Les Griffes de la nuit (Wes Craven, 1984)

“ Craven puise, dans les porosités entre le rêve américain et son double cauchemardesque, l'expression perfide du pessimisme qui depuis toujours hante son œuvre ”

Publié par Marc Fairbrother le 4 janvier 2015

Mots-clefs: , , , , , ,

Les Griffes de la nuit aura certes engendré bon nombre de suites et autres ersatz sur lesquels il ne convient pas de s’attarder, il n’en demeure pas moins l’un des films d’horreur les plus inventifs d’une décennie où le cinéma bis ne manquait aucunement d’effarante créativité. Souvenons nous qu’en 1980 …

Wake in Fright (Ted Kotcheff, 1971)

“ Cocktail intense de pulsions refoulées et d'éruptions de violence, Wake in Fright nous tétanise par l'âpreté de son étouffante noirceur ”

Publié par Marc Fairbrother le 16 novembre 2014

Mots-clefs: , , ,

Pour affronter les lendemains difficiles, il n’existe pas de meilleur remède que de combattre le feu avec le feu ; ce fameux hair of the dog comme aiment à l’appeler nos amis venus de Down Under. Équivalent cinématographique d’une rasade de gnôle frelatée, Wake in Fright reste toutefois à …

The Devil and Daniel Webster (William Dieterle, 1941)

“ Entre chien et loup, William Dieterle transpose Faust dans le nouveau monde et signe un film à la croisée du classicisme et de la modernité, des mythes fondateurs et des idées les plus progressistes de son temps ”

Publié par Marc Fairbrother le 8 octobre 2014

Mots-clefs: , , , , ,

Le diable répond, comme chacun sait, à davantage de noms qu’il ne convient d’énumérer. Il en va de même pour The Devil and Daniel Webster : une fascinante œuvre semi-indépendante coproduite par la RKO en 1941, soit la même année que Citizen Kane. Réticent à promouvoir un film se …

L’Enfer des armes (Tsui Hark, 1980)

“ Œuvre d'une violence radicale, L'Enfer des armes exprime toute la révolte de son auteur contre une société en plein naufrage moral ”

Publié par Marc Fairbrother le 15 juillet 2014

Mots-clefs: , , , ,

Jusqu’à présent, lorsque commençait à me démanger l’irrépressible besoin de nihilisme cinématographique, je m’administrais sans hésiter une dose de ces monuments d’absolue noirceur que sont Le grand silence ou Les Huit vertus bafouées. Ceux qui ont goûté à l’accablante résignation que dégagent les films de Sergio Corbucci et Teruo …